Recyclage : une deuxième vie pour nos masques

Du 1er juin au 7 septembre à Verrières-le-Buisson, dix bornes vont être installées pour collecter les masques chirurgicaux et en tissu. L’objectif est de les recycler pour réduire la pollution générée tout en fournissant la matière première pour fabriquer des objets.

Que deviennent nos masques usagés jusqu’à maintenant ? Depuis un an, au mieux, ils sont jetés dans une poubelle pour finir incinérés ; au pire, abandonnés sur la voie publique ou dans la nature. Cette pollution écologique (et sanitaire) a un impact environnemental considérable : un masque mettra plus de 400 ans à se dégrader naturellement.

Après Meudon en janvier, Paris en mai, la Ville de Verrières-le-Buisson a choisi de mettre en place ces boîtes de collecte durant trois mois, dans un premier temps.
Verrières-le-Buisson s’engage, en les collectant, à offrir une seconde vie à ces masques que nous utilisons tous, quotidiennement.

Où trouver les bornes de collecte ?

À l’occasion d’un déplacement dans la ville, vous pourrez aisément trouver où déposer les masques utilisés dans la semaine par votre famille. La borne est en carton recyclé et conçue de façon à éviter tout contact lors du dépôt de vos masques usagés. Elle peut recevoir 500 masques.

Points de collecte 

  • Hôtel de Ville (2 bornes), place Charles de Gaulle
  • Marché, place Charles de Gaulle
  • École Honoré d’Estienne d’Orves (jusqu’au 6 juillet)
  • École David Régnier – Paul Fort (jusqu’au 6 juillet)
  • Accueil de loisirs du Vert Buisson (à partir du 7 juillet)
  • Site de Verrières Été Grandeur Nature, parc Régnier (du 7 au 31 juillet)  
  • Médiathèque André Malraux, 14 rue d’Antony (jusqu’au 10 juillet)
  • Médiathèque La Potinière, 137 rue d’Estienne d’Orves (à partir du 12 juillet)
  • Espace Bernard Mantienne, 3 voie de l’Aulne 
  • Gymnase de la Vallée à la Dame, 54 rue d’Amblainvilliers
  • Espace Jean Mermoz, rue Marcel Giraud
  • Stade Robert Desnos, rue Marius Hue 

Que deviennent les masques ?

Les dix bornes seront collectées régulièrement par une association ou une entreprise solidaire. Avant toute manipulation, ils sont mis en quarantaine durant sept jours. Ils sont alors débarrassés de la barrette d’acier puis envoyés à l’usine Plaxtil de Chatellerault ; là ils sont broyés puis fondus en une matière plastique recyclable utilisée pour fabriquer des visières, des règles, des ouvre-portes…

Moins de pollution dans nos rues, moins d’incinération, de nouveaux objets.
Ce n’est pas tout : dans ce cycle, interviennent des entreprises solidaires.

Geste écologique et solidaire

Voilà un an, la jeune entreprise Praxtil, spécialisée dans le recyclage et la valorisation de déchets ultimes (c’est-à-dire considérés comme non recyclables), a mis au point une solution de recyclage des masques de protection. La start-up a réussi à créer un matériau composite à partir du masque, mélange de coton et polypropylène ; et de ce matériau, de nouveaux objets sont créés sans nouvelle matière première.

La société PLAXTIL recycle les masques chirurgicaux pour en faire une matière première.