Plan de Sobriété énergétique

Face à l'envolée du coût de l'énergie, la commune se doit de renforcer ses efforts et d'accélérer les mutations dans ses modes et quantités d'énergies consommées. Des échanges ont eu lieu entre les élus, de la majorité et de l'opposition, et des Verriérois, pour établir le présent plan de sobriété.

Ces dernières années, Verrières s’est résolument engagée dans la transition écologique. Pour sensibiliser et porter des réflexions à court, moyen et long terme, dans le cadre de son PCAET* par la création d’un comité extramunicipal sur la thématique de la Déclaration Universelle des Droits de l’Humanité. Verrières a aussi porté des réalisations dans ce domaine, notamment pour baisser sa consommation énergétique : isolation de bâtiments (école Bois Loriot), suivi à distance des consommations, pose de panneaux photovoltaïques, modernisation de l’éclairage public (rues Carnot, Brossolette, et dans le cadre de remplacements ponctuels), pose de LEDs dans les bâtiments, achat de véhicules électriques…

Aujourd’hui et comme dans l’ensemble des collectivités, la Ville est confrontée à une augmentation sans précédent de sa facture énergétique.

Avant la crise, l’ensemble des fluides représentaient environ 1 million d’euros, sur 5 millions de charges à caractère général. Pour 2023, les chiffres actuellement annoncés évoquent a minima la multiplication par 2 pour l’électricité et, pire encore, par 4 à 7, voire par 11 pour le gaz.

Si, grâce au bouclier tarifaire du Gouvernement, la hausse du prix de l’énergie est plafonnée pour les ménages et les petites communes rurales, il n’y a ni bouclier ni plafond de hausse pour les collectivités de notre taille.

AU REGARD DES COÛTS QUI SE PROFILENT ET QUE LA COLLECTIVITÉ NE PEUT « ABSORBER » EN L’ÉTAT, IL NOUS FAUT, EN CETTE FIN D’ANNÉE 2022, FAIRE FACE À L’URGENCE ET MENER DES ACTIONS IMMÉDIATES POUR « CONSOMMER MOINS ».

EN PARALLÈLE, UNE DÉMARCHE PROSPECTIVE SE POURSUIT POUR « CONSOMMER MIEUX ».

C’est l’objet du présent plan de sobriété énergétique qui repose sur :

  • 1  Revoir la période de chauffe pour en réduire la durée : du 7 novembre (mise en route après les vacances de la Toussaint) à mi-mars.
  • 2  Fermeture et/ou chauffage réduit au minimum des bâtiments à vocation culturelle et sportive 2 jours par semaine (à définir selon l’usage de l’équipement) et fermeture durant les vacances de Noël et de février.
  • 3  Adapter et maîtriser la température moyenne de chauffage :
    – 19° dans l’ensemble des bâtiments, à l’exception des crèches
    – 15° dans les gymnases.
  • 4  Coupure de l’eau chaude dans les bâtiments administratifs et salles associatives.

* Plan Climat-Air-Énergie Territorial

Mesures concernant l'éclairage
  • 5  Adopter les écogestes :
    – extinction de l’éclairage intérieur des bâtiments lors des périodes de fermeture
    – extinction de l’éclairage des bâtiments publics à 21h ou à l’arrêt des activités.
  • 6  Réduire le temps d’éclairage public extérieur :
    – de minuit à 6h en centre-ville et aux Prés-Hauts
    – de 23h à 5h dans le reste de la ville, au lieu de 1h à 5h.
  • 7  Réduire la durée des illuminations de Noël du 15 décembre au 2 janvier, et aux mêmes horaires que l’éclairage public.
  • 8  Éteindre les appareils numériques et informatiques en dehors de temps d’utilisation.
  • 9  Nommer et former 2 agents « ambassadeurs des bonnes pratiques ».
  • 10  Sensibiliser et mobiliser tous les agents et usagers des locaux municipaux à travers un « contrat de sobriété » (vigilance sur les températures, absence de chauffage d’appoint, fermeture des portes et fenêtres, aération raisonnée, extinction des lumières et des appareils…).
  • 11  Rationaliser l’occupation des locaux municipaux (favoriser le télétravail…).
  • 12  Suivre et analyser les résultats.
  • 13  Rationaliser les transports et encourager l’usage des modes de déplacement électriques.
  • 14  Programmer le remplacement des lampes de l’éclairage public pour un passage général en LED.
  • 15  Poursuivre le programme d’investissements pour isoler, mieux consommer, produire (équipements de basse consommation…) :
    – remplacement des chaudières les plus énergivores
    – étude des travaux d’isolation qui pourraient être engagés.