• En résonnance au passé horticole et botanique de la ville, inspirée par l’histoire de l’Herbier Vilmorin, l’exposition se présente comme un « Hortus Siccus », un « Jardin sec » en latin.
  • C’est dans ce va-et-vient entre art et nature, matière et végétal, œuvres d’artiste et travaux d’élèves que se construit l’exposition et qu’elle rentre en résonnance avec l’histoire unique des collections botaniques conservées à Verrières-le-Buisson.