-

Mairie de Verrières-le-Buisson  > Votre ville > Actualités "Votre ville" > Hommage de Thomas Joly à Bernard Mantienne


Hommage

Hommage de Thomas Joly à Bernard Mantienne

7 novembre 2016

Partagez :

Monsieur le Maire,
Marie-Laure, Antonin, Juliette, Robin, Titouan, Maël,
Mes Chers Amis

Mon Cher Bernard

Si nous sommes si nombreux ce matin c’est parce que tu aimais profondément les gens à la manière de l’Évangile qui nous rassemble à cet instant.

Tu ne faisais d’ailleurs pas mystère des liens qui unissaient ta foi et ton action politique et c’est tout à ton honneur.

Aussi bien en retard à la messe qu’aux inaugurations !

Et si nous sommes là en masse c’est pour te rendre une dernière fois cette attention si charnelle que tu nous apportais.

Nous avons tous, de façon très personnelle, une anecdote, un souvenir, une blague en partage direct avec toi car tu savais tisser des liens intimes avec chacun d’entre nous.

Pour toi, chantre des communes de France, tu ne te gaussais pas de mots, tu vivais ton engagement et la proximité était un crédo bien vivace chez toi.

Tu aimais laisser à croire que tu étais né à Verrieres comme ton ami Alain-Victor qui était né dans sa maison du Salvart. Mais en fait, né le 2 octobre 1933, à Paris tu n’es devenu Verriérois que le 10 octobre de la même année.
Avant dernier d’une famille de 10 enfants, tu te plaisais à dire que tu as aujourd’hui 80 neveux et nièces.

Tu le disais avec gourmandise car pour toi c’était vraiment ça la Famille : un pilier de ta vie et de ton engagement.

La famille, les parents, les frères, les sœurs, le coté vibrionnant de cette ruche incessante remplissant tous les instants du jour.

A tel point que ce qui était extérieur à la famille, dans ta jeunesse, n’avait que peu d’intérêt pour toi, te satisfaisant pleinement de ta vie au sein de la cellule familiale qui était largement tournée et ouverte au monde extérieur.

Les journées étaient bien remplies. En effet, tes parents installés à Verrières depuis 1918, avaient eu la sagesse d’acquérir quelques terrains au cas où…

La guerre arrivant, ils furent extrêmement précieux pour la tribu Mantienne transformée en exploitants agricoles pendant cette rude période. La culture des pommes de terre, des légumes de toutes sortes, du tabac qui était une précieuse monnaie d’échange, n’avait plus de secret pour toi tout comme l’élevage des cochons, des poules, des chèvres ou des abeilles.

C’est sans nul doute dans ce temps de l’enfance, où tu vivais en communion avec la nature, que tu as acquis ce goût et ce besoin pour l’espace, le végétal, l’environnement, que tu as si bien servi ensuite.

Tu l’as servi car :

  •  après des études à l’école Paul Fort de Verrières, au lycée Lakanal, puis à Paris où tu obtiens ton bac philo-lettres ;
  •  un petit tour dans la marine marchande comme pilotin, rêvant de devenir Commissaire de la Marine ;
    Tu entres dans le monde de l’aménagement du territoire où tu feras une grande partie de ta carrière entre 1960 et 1980, notamment en qualité de Secrétaire Général de la Société d’Economie Mixte pour l’Equipement et l’Aménagement du Territoire de l’Ile de France.

    La France, pendant les trente glorieuses, est en pleine mutation et tu tentes de l’accompagner.

    Mais tu découvres un monde qui te semble complètement à coté de la plaque, qui programme la disparition des communes, qui construit des grands ensembles, qui coule du béton à tour de bras, avec de grands principes de rationalité et de décisions pavées de bonnes intentions, mais en se tenant totalement éloigné des gens, de leur vie sociale, de leur besoin de racines, de nature.

    Tu faisais même assez souvent ton Mea Culpa pour avoir contribué à la naissance des Mureaux et tu n’auras ensuite de cesse que de dénoncer dans ton engagement politique les « criminels contre l’urbanité » comme tu les appelais toi-même.

    Verrières et son bois ont toujours été une terre de scoutisme pour toute la Région Ile de France et ta passion pour la nature t’entrainera tout naturellement dans ce grand mouvement d’éducation populaire.

    Par la suite tu y prendras de grandes responsabilités devenant le fondateur des Scouts Unitaires de France, puis son Commissaire Général et enfin son Président national pendant 15 ans jusqu’en 1990.

    Cette expérience du scoutisme tu la déclineras très clairement dans ton action à la tête de notre commune n’ayant de cesse d’œuvrer pour qu’il n’y ait à Verrières « pas un jeune à l’écart afin de donner à chacun sa chance ».

    Sur les traces de ton Papa, qui était au Conseil Municipal de Verrières, tu entres au Conseil en 1971 sous la mandature de Jean Simonin, puis de Gabriel Michalet.

    En 1983, tu es élu Maire et en 1988 tu es élu Conseiller Général de l’Essonne, dont tu deviendras le Vice-Président de 1994 à 1996.

    Riche de ton expérience professionnelle, pétri par tes années d’enfance passées au milieu de la nature, sûr de tes engagements, toute ton action publique sera tournée pour que ton village ne se laisse pas laminer par le « tsunami immobilier » comme tu le disais toi-même.

    Tu cherches et tu parviens très habilement à faire évoluer Verrières, sans secousse, pour offrir à tes concitoyens une ville harmonieuse, dans son temps, avec les services modernes qu’ils sont en droit d’attendre.

    Tu fais de la mixité sociale ton crédo, tu développes de très nombreux équipements qu’il serait fastidieux d’énumérer ici mais dont fait partie le Colombier aujourd’hui en travaux.

    Je me souviens à cet instant de notre dernière rencontre. C’était ton dernier vendredi parmi nous.

    Il était 18h, tu étais en forme, avec ton petit sourire en coin et ton œil malicieux comme si tu sentais que je te mijotais quelque chose.

    Je t’ai annoncé que j’avais pris la décision, après avoir consulté mes collègues et Marie Laure (mais ça tu ne le sauras jamais) de proposer au Conseil Municipal de renommer le Colombier en Espace Bernard Mantienne.

    Passé le choc et l’émotion de cette annonce, tes chaleureux remerciements sur le pas de la porte de ta maison pour cette attention imméritée à tes yeux seront les derniers mots que j’aurais entendus de toi.

    Grâce à ton engagement, ta volonté, ton action, Verrières reste ainsi « une île en Ile de France ».

    Grâce à ton indépendance d’esprit, ton coté visionnaire, ton dynamisme, tu as élevé notre commune en un havre de paix où y sont privilégiés la dignité de l’Homme et son épanouissement dans un cadre de vie préservé, démontrant à tous qu’il est possible au 21ème siècle de créer des espaces de vie à dimension humaine à 15 km de Paris.
    « Verrières… Être et demeurer un village. »

    Cette attention toute particulière à ton prochain tu l’as aussi servie à travers ta présidence de la Fondation pour l’Education à l’Environnement aujourd’hui Teragir que tu as présidée pendant près de trente ans, martelant sans relâche un message positif du développement durable à travers le Pavillon Bleu ou les Eco-Ecoles à nos concitoyens.

    C’est aussi le sens que tu as donné à ton action lorsque tu as été Député suppléant de la 5ème circonscription en 1988, ou en tant que Sénateur en succédant à Michel Pelchat.

    Enfin, je voudrais m’adresser à toi Marie-Laure et à toi Antonin, pour vous dire merci à tous les deux.

    Merci de nous l’avoir si souvent, trop souvent donné au détriment de votre vie de famille et je sais de quoi je parle.

    Il vous aimait infiniment, mais il était terriblement infidèle car il aimait aussi passionnément Verrières.

    Mon cher Bernard,
    Ta grande rigueur morale, ta chaleur humaine, ton humour, tes convictions profondes, forcent aujourd’hui le respect du peuple de Verrières et ton cheminement au service des autres restera un exemple pour nous tous.
    Aussi, au nom des Verriéroises et des Verriérois je te dis un immense MERCI mon Ami.

    Pour ceux qui le souhaitent, un dernier hommage lui sera rendu à la Maison Vaillant aux alentours de 14 heures après l’inhumation au cimetière de la Vallée

    Thomas Joly, 7 novembre 2016

  • Mise en ligne le lundi 7 novembre 2016
    Modifiée le mardi 6 décembre 2016


    Dans la même rubrique :
    Signalez un problème : Allô voirie, Application mobile et formulaire en ligne