-

16e Prix Vedrarias

Le palmarès du 16e Prix Vedrarias

Décembre 2014

Partagez :
06 12 2014 16e Prix Vedrarias 53 JPEG

Seize ans déjà que le Prix Vedrarias nous réserve de belles surprises. Le jury, présidé par l’écrivain verriérois Alain Absire, a récompensé Joël Hamm pour sa nouvelle Cendre 1er, parmi les 150 nouvelles reçues à concourir.


Seize ans déjà que le Prix Vedrarias attire les nouvellistes. Ils ont été des centaines à envoyer leurs textes et à réserver de belles surprises au jury présidé par l’écrivain verriérois Alain Absire (Prix Femina 1987). Cette année, c’est Joël Hamm qui a séduit avec sa nouvelle Cendres et Mathilde Mousson dans la catégorie Jeunes.

Palmarès du 16e Prix Vedrarias

1er Prix : Cendres de Joël Hamm (4e Prix en 2012)
2e Prix : Gens de plume de Chantal Rey
3e Prix : (Presque) comme avant de Sandra Bechtel
4e Prix : Vole camion vole de Éric Beauvillain
5e Prix : La malvenue du chat courant de Martine Poitevin (1er Prix en 2008)
6e Prix : Le taureau de Troie de Serge Pastorini (1er Prix en 2009)
7e Prix : Les torchères de Johann Guillaud Bachet (2e Prix en 2011)
Prix spécial Jeunes : L’ascenseur de Mathilde Mousson (16 ans)

Félicitations à Joël Hamm pour sa nouvelle Cendres…

Après s’être adonné à la peinture et au dessin tout en étant instituteur spécialisé, Joël Hamm a commencé à écrire des nouvelles en 2003 puis a participé à de nombreux concours travers la France. Souvent remarqué, il continue d’écrire, sans autre ambition que d’être lu par les amateurs et passionnés de ce type de littérature. D’autres textes sont venus, deux romans, qui patientent pour l’instant au fond d’un tiroir. Joël Hamm avait déjà été couronné d’un quatrième prix lors du Prix Vedrarias 2012 pour sa nouvelle Le sourire de l’ange.


Pourquoi Cendres ?

Comment se construit la personnalité d’un enfant abandonné sans nom, qui ne connaîtra jamais ses origines ? Sur quelles cendres de quel passé ignoré, peut-il se bâtir et exister ? Cendres est le patronyme du "héros" de ma nouvelle, choisi par un fonctionnaire du bureau des assistés comme on le faisait en ces années-là où il était de coutume de choisir le nom de famille et le prénom de l’enfant abandonné dans la liste des saints du calendrier (Certaines fois, le préposé choisissait un patronyme parmi ses propres fantasmes et attribuait des noms difficiles à supporter en société...). La date de naissance de Valentin Cendres est rigoureusement exacte au regard du calendrier de son année de naissance (1899), ainsi que bien des détails concernant la vie de ces enfants dans les années 1900-1930. Je n’avais pas d’idée préconçue sur le choix de ce prénom qui m’est venu spontanément et c’est après coup que j’ai déterminé d’où il lui venait. Ce nom m’a inspiré la chute et le déroulement de l’histoire. Les patronymes, parfois, peuvent en partie déterminer un destin.

Un premier prix, c’est formidable. Comment avez-vous vécu cette bonne nouvelle ?

Bonne nouvelle qu’un premier prix !... Ayant eu en 2012, la joie d’obtenir le 4e prix à ce même concours, j’espérais bien faire mieux cette fois. Mais quel suspens que cette remise des prix qui commence par le 7e pour remonter au premier ! Après l’annonce du quatrième, j’ai été soulagé, le but que je m’étais fixé était atteint. Alors, avoir obtenu le premier prix, imaginez ma joie... Je ne remercierai jamais assez les personnes qui entretiennent en France la flamme de la Nouvelle car c’est un "genre" bien ignoré par les éditeurs. Ces jurés et organisateurs de concours montrent que les lecteurs sont bien là et passionnés. C’est un immense plaisir de les rencontrer et de pouvoir échanger avec eux. Merci à ceux de Verrières et à la municipalité de nous offrir cette manifestation bien réconfortante.

… et à Mathilde Mousson, Prix spécial Jeunes pour sa nouvelle L’ascenseur

Née 1998 au Havre où elle vit, Mathilde, étudiante en première scientifique a trois sœurs… et un chat. Chaque été depuis sa naissance, elle voyage autour du monde avec sa famille. C’est une de ses quatre grandes passions, avec le violoncelle, la lecture et l’écriture. C’est sa sœur aînée, Lucie, qui lui a donné le goût des livres. Elle lit surtout des romans jeunes adultes et heroic-fantasy. Alors qu’elle a commencé à écrire voilà deux ans et demi, Mathilde ne s’est lancée dans l’écriture de nouvelles que depuis neuf mois. L’an dernier, elle a déjà reçu son premier prix au Havre, et cela lui a donné envie de persévérer, mais elle ne pensait pas en recevoir un autre si tôt !

Diaporama

06 12 2014 16e Prix Vedrarias 3 06 12 2014 16e Prix Vedrarias 70 06 12 2014 16e Prix Vedrarias 63 06 12 2014 16e Prix Vedrarias 61 06 12 2014 16e Prix Vedrarias 53

Documents

Nouvelle gagnante en pièce jointe...

Mise en ligne le mercredi 17 décembre 2014
Modifiée le mercredi 17 décembre 2014


Dans la même rubrique :