-

Langue des signes

Une Verriéroise aux Francofolies

Retour sur l’été 2011

Partagez :

Karina, jeune Verriéroise de 28 ans, s’est produite aux Francofolies de la Rochelle le 13 juillet dernier. Chant-signeuse, elle a traduit en langue des signes une chanson du rappeur français Radikal Mc devant plus de douze mille personnes.


La langue des signes est la langue maternelle de Karina dont les parents sont sourds. Depuis sa plus tendre enfance, elle est « les oreilles » de la famille, véritable passerelle entre les sourds et les entendants et surtout rempart contre les dangers auxquels sont exposés ses parents. Adolescente, elle envisageait de devenir interprète en langue des signes, elle a donc pris des cours pour se perfectionner. Mais au fil du temps, elle a préféré s’engager dans un monde lui permettant de s’exprimer par la parole, toujours tournée vers l’autre puisqu’elle est devenue éducatrice spécialisée auprès d’enfants en difficulté. Quant à la langue des signes, elle avoue apprendre encore chaque jour de nouveau mots.

Relier entendants, sourds et malentendants

Karina rencontre le rappeur Radikal Mc en juin 2010, à l’occasion de la fête de fin d’année de l’association Les yeux pour entendre à Massy. Depuis, ils se sont retrouvés sur plusieurs concerts. Ils ont également fait la promotion de l’album du chanteur Maturité sur lequel figure le titre Les signes. Puis, suite à une sélection, ils se produisent sur la plus grande scène du célèbre festival des Francofolies de La Rochelle. C’est donc le 13 juillet dernier que, devant 12 000 spectateurs, la jeune femme a signé le rap de Radikal Mc, apprenant en même temps à dire « Merci » en langue des signes au public. Un véritable triomphe.

Un hommage à leurs parents

À travers cette chanson dédiée à ses parents atteints eux aussi de surdité, le chanteur souhaite faire prendre conscience aux entendants qu’un autre monde existe et doit être pris en considération. « Le message que passe Radikal avec sa chanson est celui que j’essaie de faire passer depuis très longtemps auprès de chaque personne que je rencontre ou qui côtoie mes parents », explique Karina. Le festival des Francofolies a également été l’occasion pour le chanteur de rencontrer une chant-signeuse en langue des signes américaine avec laquelle Karina aimerait travailler.

Un parcours hors du commun

Notre Verriéroise est consciente d’avoir un parcours de vie peu ordinaire, quelquefois douloureux mais très enrichissant. Son cas n’est pas isolé. C’est ce qu’elle a pu constater en se rendant à un colloque international sur les CODAS (children of deaf adult, enfants de parents sourds). Elle y a rencontré des gens de tous les horizons et notamment des linguistes qui ont étudié le mode de communication qu’est la langue des signes. Chacun y est allé de son anecdote. Karina raconte ainsi comme elle s’amusait à faire des blagues, en débranchant par exemple la prise lorsque sa maman passait l’aspirateur… Elle se rappelle également avec émotion son premier coup de fil à ses parents, se réjouissant que l’évolution des technologies permette aujourd’hui aux sourds d’être autonomes via le visiophone.

Voir en ligne : Découvrez le concert de Radikal Mc aux Francofolies de La Rochelle, signé par Karina, sur le site des Francofolies

Mise en ligne le lundi 31 octobre 2011
Modifiée le jeudi 20 octobre 2011


Dans la même rubrique :