-

Notre patrimoine d’Ouest en Est...

N°3 - Le Moulin de Grais

Verrières-le-Buisson

Partagez :

En plein mois d’août 1985, M. Champion appelle la mairie pour l’informer que la propriété du Moulin de Grais, autrefois incluse dans le domaine de Vilgénis, était à vendre en justice.


Comme à l’époque nous cherchions un site pour réaliser une maison de quartier dans le secteur Grais- Amblainvilliers, il fallut sauter sur l’occasion et la ville se porta acquéreur. Après quelques péripéties de procédure le Conseil municipal décida en mars 1985 d’exercer son droit de préemption et devint propriétaire du domaine, au prix de 2 040 000 francs, s’étendant sur 3 739 m2 en bordure de la Bièvre.

Les avantages étaient les suivants :

  •  La ville préservait un espace naturel destiné à la construction d’un immeuble collectif qui effacerait définitivement le moulin et le parc.
  •  La ville s’épargnait l’achat d’un terrain pour la réalisation de la maison de quartier qui n’aurait pas eu le même caractère patrimonial.
  •  La situation du domaine en cul-de-sac, donc à l’abri de la circulation, favorisait la fréquentation sécurisée de tous les visiteurs enfants et adultes.

    Certes, le corps du bâtiment était en mauvais état, justifiant une profonde restauration et un agrandissement confiés à l’architecte Philippe Victoire de Vilmorin. Les Conseils régional et départemental intervinrent pour aider au financement.

    Les résultats sont là – on ne peut que se féliciter d’une opération qui fut inaugurée le 19 septembre 1987 ; elle a permis d’ouvrir la seconde bibliothèque desservant cette partie de Verrières. Depuis son ouverture, la maison est affectée à la vie associative, aux réunions, aux fêtes familiales qui ne cessent de lui donner vie.
    Désormais la bibliothèque, devenue médiathèque, est installée à la « Potinière », l’ancienne supérette Félix Potin qui, réduite à la fermeture, a été également rachetée par la ville. Tel est brièvement rapporté le parcours de cet élément du patrimoine communal dont les origines connues figurent selon les ouvrages de l’Historique de Verrières dans un cartulaire de 1092 de l’Abbaye de Saint- Germain-des-Prés. Rappelons que l’un des derniers propriétaires du Moulin de Grais fut le roi Jérôme, roi de Naples puis de Westphalie et frère de Napoléon Ier.

    Le terrain sous la Chapelle

    Le long de la rue du Lavoir, au-dessous de la chapelle Saint- Augustin de Grais, il restait un vaste terrain horticole de 2 025 m2 disposant d’un droit à construire d’une vingtaine de logements. Ses propriétaires et exploitants, Monsieur et Madame Breuillet-Peltier prenant leur retraite, envisageaient la cession de ce bel espace ; ils eurent la délicatesse de proposer son rachat à la ville. En effet, comme c’était leur droit, les propriétaires pouvaient soit céder à un promoteur immobilier ou bien la ville s’en rendait propriétaire.

    Il est évident que ce quartier ne disposait plus comme jadis d’un environnement « plein champ » où promeneurs et enfants pouvaient se promener ou se divertir. Ainsi, consciente de la nécessité d’espaces libres et fidèle à sa politique de maîtrise d’une urbanisation mesurée et équilibrée la ville décida l’acquisition du terrain le 1er octobre 1996 au prix de 326 272 € pour le vouer à la libre fréquentation des jeunes ou moins jeunes du secteur.

    Il s’agissait comme au Moulin de Grais d’un terrain constructible dont le prix était évidemment plus élevé qu’un champ de culture, mais l’équipe municipale ne pouvait laisser passer cette occasion. La densification intensive et le bétonnage sans limites sont des obstacles à un habitat apaisé.

    Il est évident aujourd’hui que personne ne se plaint de cet espace vert, équipé de quelques agrès et occupé en permanence par des jeunes des environs ; ajoutons qu’il est situé à proximité immédiate du Moulin de Grais et de la Bièvre rendue au grand jour depuis 2000 grâce à notre syndicat intercommunal de la Vallée.

  • Mise en ligne le mardi 22 septembre 2009
    Modifiée le lundi 22 mars 2010


    Dans la même rubrique :
    Signalez un problème : Allô voirie, Application mobile et formulaire en ligne