-

Patrimoine végétal de Verrières

Le voyage de l’Iris

Verrières-le-Buisson

Partagez :

Originaire d’Europe méridionale et d’Asie Mineure, c’est une des plus anciennes plantes à fleurs cultivées par l’homme. Une de ses variétés est représentée sur les murs du temple égyptien de Karnak, dont la construction remonte à 1450 avant J.-C. Aujourd’hui l’arboretum de Verrières-le-Buisson abrite plus de 700 variétés d’iris.


En réalité, son nom français est celui que lui donnèrent les anciens Grecs. Iris était une gracieuse déesse, messagère des dieux qui, lorsqu’elle développait son écharpe, créait un arc-en-ciel ! Elle a donné son nom aux iris à cause de l’extrême richesse de coloris et de nuances qu’ils proposent. Égyptiens, Grecs et Romains cultivaient l’iris. Théophraste (372-287 avant J-C) s’est fait l’écho de l’emploi des rhizomes de l’iris contre la rage et la colère. On l’utilise volontiers comme fixatif en parfumerie.

Les Vilmorin, à Verrières-le-Buisson, ont très largement contribué dans la première partie du siècle dernier à améliorer les qualités horticoles des iris. C’est ce qui a valu de nombreuses relations avec le Japon et qui explique la présence de plus d’une cinquantaine d’aquarelles d’iris dans l’herbier Roger de Vilmorin.

Regrouper la collection d’iris est le projet de la municipalité.

Verrières Ville Iris ! Plus de 700 variétés d’iris ont été plantées dans notre commune. Cette collection est regroupée à l’arboretum-réserve naturelle. Venez les découvrir et les photographier. Participez ainsi au concours photographique organisé par l’association nationale des collectionneurs d’iris et de plantes à bulbe.

Lys royalement usurpateur… de l’iris

La fleur de lys est symbole royal. Elle est décrite et dessinée comme ayant trois pétales. Un portrait qui correspond pour l’aspect général, davantage à l’iris qu’au lys. C’est au tout début du VIe siècle, au temps du roi Clovis, que l’iris va entrer dans l’histoire : lors de la bataille de Tolbiac, les armées de Clovis sont acculées dans les marécages de la Vienne par les Wisigoths. Clovis promet que s’il gagne cette bataille il se fera chrétien. Une biche traverse la Vienne, lui indiquant ainsi le passage où l’eau n’était pas profonde. L’armée de Clovis peut alors franchir sans encombre la rivière à cet endroit et battre ses ennemis. Orle « Gué de la biche » (qui existe toujours) était environné de grands iris à fleur jaune qui poussent volontiers les pieds dans l’eau. Cette « fleur en or »est adoptée par Clovis et symbolise sa victoire.

Depuis lors, la fleur d’iris fut utilisée comme élément de décoration fétiche sur de nombreux accessoires de la royauté : drapeaux, écus, tapisseries, etc.

Ce serait par une suite de déformations du langage que la « fleurd’iris » serait devenue « fleur de lys ». En effet, Clovis se prononçait« clouvis ». Le « C » s’est progressivement fondu dans le« L » et on obtient Lovis qui se prononce Louvis, puis Louis. Ainsi la fleur de Clovis est devenue la fleur de Louis, puis« fleur de Luce » (fleur de lumière) et enfin « fleur de lys ».

Source : Jean-Baptiste de Vilmorin

Diaporama

Iris - Herbier de Vilmorin Iris - Herbier de Vilmorin Iris - Herbier de Vilmorin Les iris de Verrières Les iris de Verrières Les iris de Verrières

Mise en ligne le jeudi 24 septembre 2009
Modifiée le vendredi 25 septembre 2009


Dans la même rubrique :