-

Patrimoine végétal de Verrières

Le rhododendron

Verrières-le-Buisson

Partagez :

Les rhododendrons existent à l’état naturel presque partout dans le monde : en Laponie, en Sibérie, dans l’Himalaya, en Chine, au Japon, dans le Caucase, les Balkans, les Pyrénées, en Amérique, au Canada…


Plus de mille espèces sauvages furent découvertes au cours des XVIIIe et XIXe siècles ; depuis des naines jusqu’à des géantes atteignant 15 mètres de haut. Il en existe à fleurs blanches, roses, violettes, presque bleues, jaunes, orangées…
Certaines espèces portent de petites fleurs, d’autres de grosses fleurs en boule… Le genre rhododendron est, par son extraordinaire variété, un des plus beaux cadeaux qui nous soient offerts par le « jardin des hommes ». Rhodon vient du grec « rose » et dendron « arbre ». Bien que ces deux mots réunis aient désigné jadis le laurier-rose, Xénophon, se référant aux véritables rhododendrons, prétendait que : « Le miel cueilli dans sa fleur rend furieux ceux qui en mangent, comme il arriva à l’armée des dix mille à l’approche de Trébizonde… ».
Or, on trouve en Amérique du Nord une espèce de rhododendron de la taille d’un petit arbre de 5 à 6 mètres de haut, qui possède un bois aussi compact que celui du buis, et dont les fleurs sont vénéneuses au point qu’il faut en éloigner les ruches.

Les rhododendrons à feuilles caduques ont été nommés « azalées » d’après le mot grec azaleos qui signifie « sec » et « aride » à cause de l’aspect qu’ils offrent lorsqu’ils ont perdu leurs feuilles. Dans la nomenclature actuelle, azalées et rhododendrons ne font plus qu’un.

Source : Jean-Baptiste de Vilmorin

Mise en ligne le mercredi 23 septembre 2009
Modifiée le vendredi 25 septembre 2009


Dans la même rubrique :