-

Mairie de Verrières-le-Buisson  > Pratique > La balade du patrimoine > L’Eglise Notre-Dame de l’Assomption


Balade du patrimoine

L’Eglise Notre-Dame de l’Assomption

Etape n°3

Partagez :
Remontez le temps à la découverte de l’Eglise Notre-Dame de l’Assomption puis descendez vers l’ancienne Distillerie et, avec un peu d’imagination, vous sentirez peut-être l’odeur des sirops de fruits de la région et les vapeurs des spiritueux.

 

Petits aperçus sonores :
Eglise Notre-Dame de l’Assomption


Agrandir le plan




 
 

Zoom sur la balade

La place de l’église

Jusqu’en 1857, avant d’être transféré à la Belle Feuille, le cimetière de Verrières occupait l’actuelle place de l’Eglise. La fontaine de style néogothique qui s’y trouve est un vestige de cette époque. Elle a été dessinée par Maurice Ouradou, gendre de Viollet-le-Duc, lorsqu’il procéda aux restaurations de la façade de l’église et à l’aménagement du parvis, fin XIXe siècle.

En revanche, la configuration actuelle de la place remonte à 1999.


L’église Notre-Dame de l’Assomption

Verrières fut érigée en paroisse en 1177 par le pape Alexandre III, date à laquelle fut construite l’église Notre-Dame de l’Assomption. Remaniée au cours des siècles, elle constitue un ensemble équilibré dont la façade à pignon est dotée d’une porte principale à ogive.


 

De l’édifice d’origine, il ne reste guère que la partie basse du clocher et la corniche latérale à modillons sculptés (la base du clocher date du XlIe siècle — c’est la partie la plus ancienne de l’église). Quant au clocher, il a été refait plusieurs fois, en particulier en 1875. Une aquarelle de 1843 témoigne de l’état de l’église avant sa restauration.
La rosace de style gothique flamboyant, installée dans la façade au XVe siècle, est unique dans le canton. Les vitraux actuels, réalisés vers le milieu du XIXe siècle et consacrés à l’iconographie symbolique des litanies de la Vierge, sont d’une grande qualité d’exécution. Nous admirerons, entre autres, la luminosité des couleurs, la fermeté du dessin et l’habileté de la mise en plomb. Les autres vitraux, tous de la fin du XIXe siècle, affichent les noms de leurs donateurs : notables des « châteaux », confréries de la Vierge et du Saint-Sacrement.

Le chœur de l’église a conservé ses peintures murales bleues et rouges au décor étoilé. La verrière, de la même facture que celle de la rosace en façade, est signée du maître verrier Claude Lavergne, élève d’Ingres. Avec le maître-autel en style néo-gothique flamboyant, ils forment un ensemble unique dans le canton. Nous remarquerons, sur la droite, la fameuse colonne torse qui reçoit en pénétration la retombée des ogives du vaisseau latéral sud et prolonge sur sa base l’effet de torsade. Cette colonne torse, rappelle l’église Saint-Séverin à Paris. Cette manière bien dans l’esprit du style flamboyant met en valeur le savoir-faire du tailleur de pierre.

 
Voir vidéo dans la colonne de droite (possibilité de plein écran).


La Distillerie de la Croix-Rouge

Verrières était à l’origine un village de cultivateurs, de maraîchers et de vignerons. C’est dans ce contexte qu’Eugène Ferdinand Chevallier développa le commerce des vins en gros.

  •  En 1901 son fils, Léon Chevalier, fit construire cette ancienne distillerie par l’architecte Eugène Motel. La maison du directeur fut installée à l’entrée de la distillerie. Elle présente encore une composition de façade très géométrique où les linteaux en poutrelles métalliques sont surmontés d’arcs de décharge en brique, ornés de motifs en céramique de style Art Nouveau.
  • À l’entrée de la distillerie, sous l’escalier de la maison du directeur, un chien en terre cuite monte la garde, relayant ainsi son patron qui surveillait ses ouvriers. Les entrepôts et les chais étaient à droite de ce bâtiment. La distillerie produisit surtout des sirops de fruits de la région et des spiritueux. Mais dans les années 1920, la production locale de fruits se tarit. La maison arrêta la fabrication et se consacra alors uniquement au commerce. Les restrictions puis les supermarchés eurent finalement raison de l’entreprise, dont les alambics furent découpés.

     

    Informations pratiques de l’étape


    Départ de l’étape L’église Notre-Dame de l’Assomption
    Paroisse tel. 01 69 20 21 21
    Notre-Dame de l’Assomption Place de l’Eglise
    Parcours de 200 m
    Durée des commentaires 8 minutes
    Accessibilité
     Dénivelée importante dans la ruelle de l’église, mais cette étape permet tout de même, aux utilisateurs de fauteuils roulants et poussettes, de serpenter dans les allées et ruelles du quartier (Attention, toutefois lors de la descente de la ruelle de l’Eglise).

    Légendes

    ParkingWcFauteuilFleurCheminPoint de vue
    Cartes postales
    Images de l’étape 3.

    Vidéos  
     
    Visite sonore illustrée
    Piste n° 31
    • Escalier en béton : 0’24"

    Piste n° 32
    • Extérieur de l’Eglise : 1’33"

    Piste n° 33
    • Intérieur de l’Eglise : 1’26"

    Piste n° 35
    • Ruelle de l’Eglise : 1’17"

    Piste n° 36
    • Distillerie de la Croix Rouge : 2’05"

    Tous les paquets "ZIP" de la visite sonore correspondent aux fichiers MP3 pour votre baladeur. Téléchargez-les avant de partir en balade ou mieux si vous possédez un iPod allez sur le podcast iTunes où se trouve l’intégralité de la balade (pour ce faire, cliquez sur l’icône dans la colonne de droite).

    Téléchargement Audio • Commentaires audio de l’étape (mp3)
    {} Toutes les pistes de l’étape 3 (format ZIP en pied de page)

    Arrivée de l’étape n° 3


    Agrandir le plan


    Vers la prochaine étape du parcours


  •  Chemin à suivre...

    Après la Distillerie de la Croix-Rouge dirigez-vous maintenant vers le n° 66 de la rue d’Estienne d’Orves : la maison Vaillant.

    Vous serez alors à l’étape 4 du parcours.

  •  Feuilletez et téléchargez le carnet de route de l’étape 3

  • Mise en ligne le lundi 27 juillet 2009
    Modifiée le mardi 31 janvier 2012


    Dans la même rubrique :
    Signalez un problème : Allô voirie, Application mobile et formulaire en ligne