-

Le mot du Maire

Éditorial

Mars 2017

Partagez :

Depuis plusieurs décennies, nous pouvons nous enorgueillir de faire en sorte que chacun, quels que soient son origine, sa confession politique, philosophique ou religieuse ou encore...


Depuis plusieurs décennies, nous pouvons nous enorgueillir de faire en sorte que chacun, quels que soient son origine, sa confession politique, philosophique ou religieuse ou encore son état de santé puisse être accueilli et se sentir bien dans notre ville.

C’est une tradition à Verrières et nous mettons tout en œuvre pour qu’elle se perpétue de génération en génération. Il s’agit là d’humanisme, et non de politique, et je pense qu’à ce niveau, nous n’avons aucune leçon à recevoir, tout en nous gardant bien d’en donner à quiconque.

Il y a plus de 30 ans en effet, nous accueillions sur le territoire de la commune des travailleurs migrants avec la création du foyer de la voie de l’Aulne qui va d’ailleurs prochainement se muer en résidence sociale.

À peu près à la même période, nous étions la première commune de l’Essonne à posséder notre aire d’accueil des gens du voyage, bien avant les différentes lois et autres schémas qui depuis 2000 pullulent et imposent aux communes de plus de 3 500 habitants d’en créer une.

Il y a un peu plus de 20 ans, en septembre 1996, le foyer de vie l’Alliance, géré par la Fondation des amis de l’Atelier, a ouvert ses portes à Verrières. Ce foyer met en œuvre tous les moyens à sa disposition pour accompagner des personnes adultes en situation de handicap psychique et/ou mental dans la réalisation de leur projet de vie.

Il y a quelques mois seulement, la Ville a déposé son Ad’Ap (Agenda d’accessibilité programmée), par lequel elle s’engage sur six ans à faire plus de trois millions d’euros de travaux pour faciliter le quotidien des personnes empêchées.

Enfin, de même que nous avons, en son temps, accueilli une famille de "boat people", nous avons l’immense plaisir, après plusieurs mois de bagarre administrative avec l’État qui nous avait pourtant imposé d’être réactif (et là, nous pouvons parler de politique, voire de communication), de voir arriver une famille de réfugiés syriens, sans compter la vingtaine de réfugiés logés en toute discrétion au foyer ADEF depuis le début d’année.

Là encore, tout sera fait, en partenariat avec de nombreuses associations et organismes caritatifs et humanitaires, pour que ces gens qui ont connu l’horreur puissent s’intégrer pleinement dans notre commune et, partant, dans notre pays.

Je sais que je peux compter sur vous, comme nous avons pu le faire depuis plusieurs décennies.

Thomas Joly
Maire
Vice-président de Paris-Saclay

Mise en ligne le mardi 28 février 2017
Modifiée le mardi 28 février 2017


Dans la même rubrique :
Signalez un problème : Allô voirie, Application mobile et formulaire en ligne